Matthew Herbert Big Band

septembre 9, 2008 at 3:29

Cinq ans après le bien-nommé « Goodbye swingtime« , Matthew Herbert nous refait le coup du big band. Pour la sortie de son nouvel opus, l’Anglais s’entoure à nouveau d’une quinzaine de musiciens, sans pour autant délaisser les expérimentations électroniques dont il a le secret : musicien-bidouilleur extrêmement rigoureux (il a même rédigé sa propre charte de travail intitulée « Personal Contract for the Composition Of Music« , sorte de « Dogme 95 » appliqué à la musique), il n’a pas son pareil pour transformer, déformer, décomposer et restructurer les sons qu’il glane de-ci, de-là.

Véritable génie du sampling, Matthew Herbert n’en est pas moins un mélomane éclairé doublé d’un authentique pianiste de formation classique, ce qui explique en partie sa passion pour le jazz, même si ce jazz-ci est résolument contemporain : à la section cuivres s’ajoutent les traditionnels piano, basse et batterie, mais aussi les rythmes et sonorités que le musicien fabrique avec amour.

On peut en outre espérer qu’une fois de plus, la voix et le charisme de Dani Siciliano, compagne de Matthew Herbert à la ville comme à la scène, charmera l’auditoire lors de la tournée à venir.

Elle passera par l’Ancienne Belgique ce mercredi 1er octobre.

L’album « There’s me and there’s you » est quant à lui attendu pour l’automne et sortira chez Accidental Records.

Matthew Herbert & Dani Siciliano. Photo : Angela Bergling.

Publicités

Entry filed under: En chair et en os.

Une petite musique de film : West Side Story Ma discothèque idéale (suite)


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :