Porno intello

décembre 3, 2008 at 12:27 6 commentaires

Depuis que le cinéma existe, des petits coquins de tout poil (et à poil, surtout) s’amusent à mettre en scène, de façon plus ou moins réussie, leurs ébats sexuels.

Avant de vous entendre crier au scandale, j’aime autant vous dire une chose tout de go : le porno, comme toutes les formes d’expression artistique, n’est qu’un genre parmi d’autres. Il y en a pour tous les goûts, du plus soft au plus hard, et celles et ceux qui prétendent que tous les pornos se valent et se ressemblent ne savent probablement pas de quoi ils parlent et ignorent sans doute que des cinéastes tout à fait recommandables se sont essayés au genre.

Deux exemples récents parmi d’autres : « Shortbus » de John Cameron Mitchell (2006) et « 9 Songs » du très sérieux Michael Winterbottom (2004).

Le premier fut sans aucun doute le film le plus rafraîchissant que j’aie vu de toute l’année 2007. Il met en scène la sexologue Sofia qui peine à atteindre l’orgasme. La découverte, par le biais de deux de ses patients et d’une maîtresse dominatrice, du « Shortbus », boîte échangiste d’un nouveau genre, va changer sa vie…

Si le scénario tout riquiqui est digne d’une production Marc Dorcel, la mise en scène, les dialogues, le casting et la musique font de « Shortbus » un film hautement original, couillu et néanmoins gracieux. Outre sa galerie de portraits fine et profonde, le film offre une vision d’un New York post 11 septembre méconnu. Les scènes de sexe non simulées sont certes nombreuses, mais servent le propos, permettant d’appréhender les personnages et les situations, et à aucun moment je ne me suis sentie gênée ou voyeuse, car le film ne manque ni d’humour ni de sensibilité.

Le second exemple entre davantage dans la catégorie « arts & essai » : réalisé par Michael Winterbottom, qui n’en était pas à son coup d’essai, « 9 Songs » raconte une brève histoire d’amour entre un Anglais et une Américaine. Dans ce film de cul musical, le jeune couple passe d’un concert à l’autre (Black Rebel Motorcycle Club, The Von Bondies, Elbow, Primal Scream, The Dandy Warhols, Super Furry Animals, Franz Ferdinand et Michael Nyman) via la chambre à coucher, la cuisine, le salon… où, vous vous en doutez, nos deux tourtereaux ne passent pas leur temps à se regarder dans le blanc des yeux.


Tourné en DV en huit jours, sans lumière artificielle ni scénario, « 9 Songs » est un film étonnant, fort comme un concert de rock et triste comme un chagrin d’amour, qui aurait pu sans problème être estampillé « Dogma« … d’autant plus que Lars Von Trier est lui-même patron d’une société de production spécialisée dans les films pour adultes, la bien nommée « Puzzy Power » (devenue depuis « Innocent Pictures« ), petite soeur de « Zentropa » dont le but est de réaliser des pornos à apprécier en couple (hétéro- et/ou homosexuel). La charte de cette société pas comme les autres comprend d’ailleurs toute une série de consignes au moins aussi strictes que celles du dogme cher à son fondateur : les scènes de sexe doivent s’intégrer harmonieusement à l’histoire, le corps entier doit être mis en valeur (pas de gros plans sur les parties génitales), l’humour est le bienvenu, les éjaculations faciales sont proscrites…

Sachant qu’en Scandinavie, un tiers de la population visionne des films à caractère pornographique, le succès ne s’est pas fait attendre, et « Innocent Pictures » a déjà plusieurs films à son actif (work in progress).

Quant à accueillir ces pornos d’un nouveau genre à La Médiathèque, pourquoi pas?

Vos avis et suggestions sont les bienvenus…

Publicités

Entry filed under: L'image, Les coups de coeur.

Electrock’n’roll Une petite musique de film : Go Fast

6 commentaires

  • 1. sunalee  |  décembre 3, 2008 à 5:13

    Je voulais justement voir Shortbus et puis j’ai remarqué que la médiathèque n’avait pas (encore) réussi à l’avoir.
    C’est peut-être un film à montrer aux femmes décrites dans le livre « La vie sexuelle des femmes normales » (http://www.amazon.fr/Alors-heureuse-croient-ils-sexuelle-normales/dp/226806607X): apparemment un tiers des femmes n’a jamais connu l’orgasme. Sauf qu’elles n’en parlent pas.

  • 2. Mademoiselle Catherine  |  décembre 4, 2008 à 10:34

    Tu sais bien que ce sont ceux/celles qui en parlent le plus qui en font le moins 😉

    Sinon, dans les lectures IN-DIS-PEN-SABLES, il y a le « Porno Manifesto » d’Ovidie, au sujet duquel je me suis déjà étalée en long, en large et en travers :
    http://mademoisellecatherine.blogspot.com/2008/05/la-fe-ministe.html

  • 3. diane  |  décembre 23, 2008 à 12:34

    puzzy power, porno pas intello mais sensuel et jouissif, j’ai d’excellent souvenir de la projection au nova de pink prison et de constance, le réalisateur est une crème d’ailleurs shortbus un peu en rentrait j’aime singapore sling et histoire d’O dans le registre softcore, pour le porno réel le kama sutra de christophe mourthé est vraiment bien, un homme une femme et de des préliminaires qui titillent mais pas d’humiliations, malheureusement la collection qui a initié ce film n’a pas fait long feu, pas assez trash pas assez cul et katsumi est partie faire du gonzo, pfff je l’engage quand elle veut pour adapter le spider garden de michael manning, histoire de faire le pendant porno de matrix.

  • 4. Mademoiselle Catherine  |  décembre 23, 2008 à 11:01

    Oh non, pas Katsuni – elle est vraiment bête à manger du foin!
    Par contre, j’ai énormément de respect pour Ovidie, ses travaux, sa démarche.
    J’ai déjà proposé à l’équipe de Première Séance de faire un ciné-récit avec elle, mais ils n’étaient pas sûrs d’arriver à varier les extraits sonores de ses films… 😉
    Dommage!

  • 5. diane  |  décembre 23, 2008 à 1:13

    ça c’est clair, elle a pas grand chose dans le ciboulot, pour ça faut aller du côté d’annie sprinkle.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Annie_Sprinkle

    je parlais de ce film parce que pour une fois c’est regardable et pas trop mal filmé

  • 6. diane  |  décembre 23, 2008 à 1:16

    c’est juste que comme ça c’est la seule que je connaisse qui a un physique en raport avec les bd mais bon, si tu connais une asiatique avec un cerveau je suis preneur aussi. reste juste a savoir si l’auteur serait d’accords et trouver un budget pour ça, peut-etre en animation genre renaissance finalement.


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :