Bolchewisten !

février 4, 2009 at 10:35

Après avoir commencé d’une humeur bien maussade force de remises en questions personnelles et professionnelles, ma journée d’hier se clôtura en compagnie de Bertolt Brecht et Kurt Weill. De leurs esprits, tout du moins.

Programmée au Festival de Liège, la pièce musicale « Der Jasager/Der Neinsager » du célèbre duo berlinois se tient dans un décor de cabaret surplombé par un énorme « Dreams for Sale ».

En grande amatrice du duo Brecht/Weill, il me serait facile d’apprécier n’importe quelle mise en scène de leurs œuvres, or, il ne s’agissait ici pas de n’importe quoi : Frank Castorf et ses huit acteurs de la Volksbühne Berlin ont su insuffler à ce texte toute la fantaisie et le surréalisme qu’il mérite. Entre un acteur se faufilant au milieu du public, une comédienne désarticulée et deux sopranes crachant du champagne, l’esprit irrévérencieux du dramaturge était on ne peut plus présent. L’histoire, pourtant, tient en quelques lignes : un enfant dont la mère est malade rejoint une expédition pour trouver un remède à l’épidémie qui ravage la ville. Lui-même contaminé, le groupe lui laisse le choix : rester là pour mourir ou être ramené en ville…

castorf1

Sans doute est-ce la simplicité des récits brechtiens qui séduit autant de metteurs en scène : faciles à adapter, ses pièces demeurent intemporelles et ses pirouettes délibérément irréalistes permettent toutes sortes de digressions formelles.

Brecht lui-même aimait à rappeler que cela ne se passe pas comme ça dans la vraie vie (cf. l’acte final de « Die Dreigroschenoper »).

Petite cerise sur ce gâteau déjà fort appétissant, j’eus tout le loisir d’observer du coin de l’œil les réaction de Frank Castorf, assis à quelques sièges du mien, qui, quelques années après avoir créé la pièce, reste visiblement émerveillé par le jeu (au sens ludique du terme) de ses comédiens.

Après ce court spectacle (50 minutes chrono), ma journée s’acheva par une rencontre inopinée avec le renard de mon quartier (sans blague !) me scrutant, immobile, sous la neige tombante.

Magique !

Publicités

Entry filed under: En chair et en os.

Standard Champion ! Une petite musique de film : The Hunting Party


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :