Harvie Krumpet

février 16, 2009 at 10:47

L’arrivage dans nos services de deux DVD édités par le CNDP m’a permis de découvrir (et de visionner près d’une demie douzaine de fois en quelques jours – quand j’aime, je ne compte pas !) le remarquable court métrage « Harvie Krumpet » de l’Australien Adam Elliot.

Oscar 2004 du meilleur court métrage d’animation, ce petit film de 23 minutes met en scène la vie mouvementée d’un Polonais malchanceux narrée par un Geoffrey Rush au sommet de son art.

Ce court métrage mérite d’être regardé plusieurs fois, et le CNDP ne s’y est pas trompé : il offre en effet de nombreuses ouvertures pédagogiques sur des thèmes variés sans jamais être moralisateur.

Sa forme ludique et son second degré assumé permettent d’aborder avec beaucoup de légèreté des thématiques délicates, et j’aurais aimé voir de genre de films au cours de ma scolarité pour ouvrir un débat sur la maladie, la mort, le droit à la différence, l’immigration ou le handicap physique et mental, plutôt que des fictions politiquement correctes ou des documentaires abordant ces sujets de façon purement théorique.

Car la grande réussite de « Harvie Krumpet » est de présenter les choses tristes de la vie à travers un personnage qui semble collectionner les coups du destin sans jamais s’en plaindre. À la manière d’un Almodovar ou d’un Ken Loach, Adam Elliot met en scène un pauvre héros qui garde espoir envers et contre tout : c’est la vie, et on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a !

Voilà sans doute la véritable morale de cette histoire : à nous de décider de ce qui est bon pour nous et d’aller de l’avant avec ce que la vie nous a donné… ou repris.

Publicités

Entry filed under: L'image, Les coups de coeur.

Une petite musique de film : Juno Une petite musique de quoi ?


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :