Le petit Robert

août 25, 2009 at 10:17

N’ayons pas peur des mots : il est l’un des meilleurs ! Qu’il joue le yuppie toxicomane (Less than zero), l’homosexuel en phase terminale du SIDA (Pour une nuit), l’éditeur déjanté (Wonder Boys), le journaliste alcoolique (Zodiac) ou simplement le super héros (Iron Man), Robert Downey Jr. bouffe littéralement l’écran à chaque apparition et n’a pourtant pas la notoriété d’un Brad Pitt ou d’un George Clooney (qui le dirigea dans Good night, and good luck). Pour une large partie de la population, il reste le petit ami d’Ally McBeal, et à tous ceux-là, j’ai envie de crier : « Vous ne savez pas ce que vous ratez » ! Quel que soit le rôle qui lui est confié, Robert Downey Jr. s’en sort toujours avec brio, même dans les pires nanars, car il fait partie de ces rares comédiens qui prennent visiblement plaisir à jouer, quel que soit le film, alimentaire ou non (et de l’alimentaire, il en fait un paquet – que l’acteur à la filmo irréprochable lui jette la première pierre !).

C’est d’autant plus épatant que Robert Downey Jr. revient de loin. Je ne reviendrai pas ici sur ses déboires avec l’alcool et autres substances (si vraiment ça vous intéresse, un tour sur Wikipedia vous en apprendra plus qu’il n’en faut), mais il aurait pu rester éternellement le fils de ce réalisateur de films underground et tomber bien plus bas qu’il ne le fit. C’est d’ailleurs dans un film de son père, Robert Downey Sr. (fallait-il le préciser ?) qu’il fit ses premiers pas dans le septième art dès l’âge de cinq ans.

Près de quarante ans plus tard, et malgré une longue traversée du désert due à ses abus passés (pour la petite histoire, bon nombre de rôles important lui filèrent sous le nez pour des questions d’assurance), il est toujours là, plus en forme que jamais. J’en veux pour preuve son extraordinaire rôle de composition dans le génial Tonnerre sous les Tropiques de Ben Stiller : son interprétation de l’acteur « méthode » qui ne quitte son personnage à aucun moment, même hors tournage, lui valut d’ailleurs d’être nommé au Golden Globe et à l’Oscar du meilleur second rôle masculin en ce début d’année – les deux distinctions revenant à titre posthume à Heath Ledger pour son Joker dans The Dark Knight.

Et pourtant, il ne l’aurait pas volé, cet Oscar : pour cette mise an abyme improbable et hilarante autour du tournage du « plus grand film de guerre de tous les temps », Robert Downey Jr. s’est mis dans la peau d’un acteur australien blond au yeux bleus multi-oscarisé jouant un soldat… afro-américain – et en profite allègrement pour voler la vedette à ses collègues (avec néanmoins une mention spéciale à Ben Stiller et son « Simple Jack » qui est tout simplement à se pisser dessus de rire).

Un blockbuster parfait pour chatouiller ses zygomatiques en attendant la rentrée !

Publicités

Entry filed under: L'image, Les coups de coeur.

I love Scotland Joie de vivre !


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :