Une petite musique de film : The Countess

octobre 1, 2009 at 1:31 2 commentaires

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film se penchera sur

Pour son troisième film en tant que réalisatrice, Julie Delpy change radicalement de registre pour se pencher sur la vie de la tristement célèbre Erzsébet Báthory, accusée d’avoir commandité l’enlèvement, la torture systématique et la mort d’une centaine de jeunes femmes. Selon la légende, la comtesse hongroise se baignait dans leur sang afin de se garantir une jeunesse éternelle et fut condamnée à être emmurée vivante dans son château où elle mourut en 1614 à l’âge de 54 ans.

Non contente de l’avoir écrit et réalisé, Julie Delpy partage également l’affiche de The Countess avec Daniel Brühl et William Hurt. L’actrice multi-casquettes a aussi composé pour son film une partition qui étonnera certainement celles et ceux qui avaient entendu la Delpy pousser la chansonnette : délaissant les mélodies pop-folk, elle offre ici un aperçu de l’étendue de son talent avec des thèmes courts et inspirés, alternant envolées de cordes et piano solo, entre classicisme et minimalisme.

Soignées mais discrètes, les vingt et une vignettes réunies sur cette bande originale ne sont pas de nature à vampiriser le récit. La composition se tient à l’arrière-plan, évitant toute surenchère, et donnent néanmoins une idée de l’ambiance générale du film.

Voilà sept ans que Julie Delpy travaillait sur le scénario de The Countess, production franco-allemande présentée à la dernière Berlinale. Plutôt que de focaliser sur les crimes d’Erzsébet Báthory, le film fait évoluer le personnage au sein d’une tragédie où il est davantage question d’obsession amoureuse que de meurtre. Partant de l’hypothèse que la comtesse fit couler le sang par amour, l’actrice-réalisatrice signe un film certes sanglant, mais avant tout dramatique, et en profite au passage pour montrer le côté éminemment obscur de la femme.

Publicités

Entry filed under: Une petite musique de film.

Les joies du playback Une petite musique de quoi ?

2 commentaires

  • 1. dr frankNfurter  |  octobre 2, 2009 à 10:10

    quelle ingrate cette Julie, avec un sujet pareil Jesus Franco aurait réalisé une merveille érotico-trash fauchée!!

  • 2. Mademoiselle Catherine  |  octobre 5, 2009 à 9:56

    Oh pitié! Le cinéma de Jess Franco n’est plus le même depuis que Soledad Miranda a tragiquement disparu…
    (d’ailleurs, on en parlait hier soir…)


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :