Une petite musique de congés

octobre 15, 2009 at 12:37 3 commentaires

Comme je m’apprête à prendre quelques jours de congé, voici déjà le programme pour les deux semaines à venir :

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film se penchera sur

Après de nombreuses collaborations avec Peter Greenaway et deux incursions dans le cinéma de Patrice Leconte, le compositeur Michael Nyman rencontre Jane Campion qui lui demande en 1993 d’écrire une partition pour La Leçon de Piano.

Pour cette histoire d’une pianiste muette exilée avec sa fille dans la Nouvelle-Zélande du 19e siècle, Michael Nyman s’inspire immédiatement du récit : comme Ada ne sait pas parler, sa musique se substitue au langage. Puisant dans la tradition écossaise, le compositeur a écrit des thèmes intemporels, alternant piano solo et envolées orchestrales.

Holly Hunter étant une assez bonne pianiste, le compositeur travailla beaucoup avec elle en amont du tournage, adaptant sa partition au jeu de l’actrice. Le résultat est étonnant de justesse, et le personnage d’Ada n’en devient que plus convaincant.

Si Michael Nyman sortit bredouille des Oscars (il n’était d’ailleurs même pas nommé), sa bande originale pour La Leçon de Piano fut l’un des plus grands succès commerciaux en musiques de film, élevant le compositeur au rang d’artiste de musique dite sérieuse le mieux payé du Royaume Uni. En outre, La Leçon de Piano vaudra à sa réalisatrice la Palme d’Or à Cannes, à Holly Hunter, son interprète principale, le Prix d’interprétation ainsi que l’Oscar de la meilleure actrice et à la petite Anna Paquin l’Oscar du meilleur second rôle à onze ans seulement.

…et le dimanche 25 octobre (bon anniversaire à qui de droit !),

Une petite musique de film se penchera sur

Pour son troisième album, le groupe Pink Floyd compose sa première bande originale en 1969. Il s’agit d’une musique pour le film More de Barbet Schroeder, drame hippie qui se déroule sous le soleil d’Ibiza.

Ayant une totale liberté de composition, le groupe a écrit un véritable album, même s’il a adapté sa façon de travailler pour l’occasion : enregistré en huit jours seulement, More de Pink Floyd comprend une large variété de styles musicaux, de la ballade acoustique au hard rock en passant par l’un ou l’autre thème psychédélique.

Si la musique est totalement adaptée au propos du film, elle a pourtant posé problème au cinéaste, car elle vampirisait littéralement certaines scènes. Aussi Barbet Schroeder a-t-il dû diminuer le son dans certains passages et raccourcir quelques titres, comme Cirrus Minor et Green is the Colour.

Après avoir réussi son passage au septième art comme peu de groupe l’ont fait, Pink Floyd retrouvera Barbet Schroeder en 1972 pour Obscured By Clouds. Une deuxième bande originale certes de bonne facture, mais qui ne bénéficiera pas de l’effet de surprise de More.

Publicités

Entry filed under: Une petite musique de film.

The Great Jacques Canada, mon amour

3 commentaires

  • 1. dr frankNfurter  |  octobre 22, 2009 à 2:21

    dimanche 25 octobre (bon anniversaire à qui de droit !)

    oui un bon anniversaire à Annie Girardot!

  • 2. dr frankNfurter  |  octobre 22, 2009 à 2:24

    Sinon effectivement, pour souligner la qualité de More, la chanson « Green is the Colour » fit en effet très souvent partie de la set-list du Floyd durant la période 70-71 😉 (pour preuve le nombre important que je peux avoir de bootlegs de cette époque XD)

  • 3. Mademoiselle Catherine  |  octobre 26, 2009 à 3:10

    Tu dois t’y connaitre davantage que moi…


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :