Une petite musique de film : The Buddha of Suburbia

novembre 5, 2009 at 3:04 7 commentaires

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film se penchera sur

Série télévisée en quatre épisodes produite par la BBC, The Buddha of Suburbia est basé sur le premier roman de l’auteur britannique Hanif Kureishi. Publié en 1990, ce roman largement autobiographique connut un succès international et fut adapté pour le petit écran trois ans plus tard avec une bande originale composée par nul autre que David Bowie.

Bien que présenté comme une bande originale, il s’agit bien d’un 19e album studio pour David Bowie, car seul le titre d’ouverture fut repris tel qu’il apparaissait à la télévision. Tous les autres thèmes furent réarrangés, allongés et transformés en chansons, permettant au musicien de se refaire une réputation musicale : après plusieurs années de désert créatif, l’album Black Tie White Noise sorti plus tôt dans l’année 1993 laissait déjà présager un bon rétablissement. The Buddha of Suburbia confirmera cette intuition puisque Bowie s’inspire largement des années 70, où se situe l’action, et qu’il a bien connues.

Précurseur des expérimentations sonores de Outside (1995) et Earthling (1997),  cet album renoue avec l’époque à laquelle Bowie travaillait main dans la main avec Brian Eno. On retrouve ici le chaos organisé du Bowie des années 70 quand – avant les faux pas artistiques des eighties – l’artiste se souciant peu de ce qu’allaient dire ou penser les gens. Entouré entre autres par le multi-instrumentiste Erdal Kizilcay et le producteur David Richards, le Bowie nouveau se préparait en cette année 1993 à affronter le 21e siècle !

Publicités

Entry filed under: Une petite musique de film.

Une petite musique de film : L’Au-Delà Toute mon enfance !

7 commentaires

  • 1. dr frankNfurter  |  novembre 8, 2009 à 4:33

    3 jours que j’attends pour laisser un comm’… et personne… alors je me sacrifie de nouveau! 😛

    Jamais écouté à vrai dire ce petit Bowie. Si j’en crois les échos donc album mineur qui prouve que les feux yeux vairons les plus célèbres du rock ne sont pas encore perdu pour la cause… en attendant « Outside » donc.
    J’y jetterai alors une oreille, voire deux… en espérant qu’il sonne vraiment mieux que « Black Tie White Noise » qui n’est certes pas mauvais mais tout sauf réjouissant, le genre d’album à écouter une fois mais pas deux.
    Bref, je note le buddha de Bowie. 😉

  • 2. Mademoiselle Catherine  |  novembre 9, 2009 à 12:02

    Attention, « Black Tie, White Noise » comprend tout de même l’énoOorme « Jump they say », un titre auquel je suis particulièrement attachée. Mais bon, le goûts et les couleurs…

    Cela dit, « Buddha » est très différent, beaucoup plus expérimental, et il y a dessus un certain nombre de titres vraiment intéressants.

    Et puis aussi: heureusement que tu es là docteur! 😀

  • 3. dr frankNfurter  |  novembre 9, 2009 à 12:04

    Bon ok mademoiselle Catherine, j’écouterai attentivement « Jump they say » 😉
    « Buddha » plus expé? J’en attendais pas moins de la part de sieur Bowie 🙂

  • 4. Mademoiselle Catherine  |  novembre 9, 2009 à 12:11

    Note qu’après toutes les bouses qu’il nous a servies dans les années 80, il pouvait bien expérimenter un peu…
    Il pouvait difficilement faire pire, de toutes façons 😉

  • 5. dr frankNfurter  |  novembre 9, 2009 à 12:13

    Notez chère demoiselle que finalement, vu la bouse infâme qu’est « Never Let Me Down », on pourrait presque admettre qu’il s’agit une expérimentation de la part de DB, ou comment faire pire que pire 😛

  • 6. Mademoiselle Catherine  |  novembre 9, 2009 à 2:12

    Certes… et d’ailleurs, l’ami Grisé en avait fait une chronique du feu de Dieu pour le David Bowie Blog Tour. Pauvre de lui!
    Tout le monde n’a pas eu la chance de piocher deux chef-d’œuvres, n’est-ce pas Doc?! 😉

  • 7. dr frankNfurter  |  novembre 9, 2009 à 2:17

    Oui j’ai été verni, je l’avoue :$ 😀


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :