Une petite musique de film : Moon River

janvier 7, 2010 at 2:06 2 commentaires

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film entame la nouvelle année tout en douceur avec

Adaptation du roman de Truman Capote par Blake Edwards, Breakfast at Tiffany’s (Diamants sur canapé) est porté d’un bout à l’autre par la grâce naturelle d’Audrey Hepburn, ainsi que par l’inoubliable thème du film signé Henry Mancini. Les paroles de Johnny Mercer firent de Moon River un incontournable du répertoire populaire, faisant entrer sa lumineuse interprète dans la légende.

Depuis la sortie du film en 1961, les reprises se succédèrent sans pour autant se ressembler. En 1963 et 64, Sarah Vaughan enregistre plusieurs titres de Henry Mancini avec la bénédiction du maître. Parmi eux, l’indémodable Moon River qui valut à ses auteurs l’Oscar de la meilleure chanson en 1962.

En 1997, les Madrilènes de migala offrent à Moon River un écrin de douceurs post-rock sur leur premier album,  Diciembre, 3 a.m. Une orchestration qui sied à merveille à cette chanson intemporelle.

Enfin, parmi les versions relativement récentes, on notera également celle de Morrissey, leader charismatique des Smiths qui poursuit sa carrière en solo depuis la séparation du groupe en 1987. Face B du single Hold on to your Friends sorti en 1994, son adaptation de Moon River durera plus de neuf minutes. Et si la version live est bien plus courte (et un peu fausse aussi), elle n’en est pas moins un régal pour les oreilles !

Publicités

Entry filed under: Une petite musique de film.

Des images qui bougent : Do You Take This Man ? Une petite musique de film : Christiane F.

2 commentaires

  • 1. dr frankNfurter  |  janvier 8, 2010 à 12:19

    Je m’abstiendrai de la version chantée par Morrissey, vu le peu d’attrait (euphémisme) que je porte au dandy anglais à la houppette.

  • 2. Mademoiselle Catherine  |  janvier 8, 2010 à 5:37

    Faut dire que dans cette version en concert, il est un peu bousculé par ses fans, ce qui peut éventuellement expliquer ses hésitations vocales…
    Mais bon, je comprend que l’on puisse détester Morrissey. Moi-même, j’étais totalement allergique à lui jusqu’à très récemment. Et sans être une fan, j’apprécie assez ses travaux en solo.


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :