Archive for mars, 2010

Des images qui bougent : London calling !

Le père…

…le fils…

…et le Clash !

Cheers 😀

mars 30, 2010 at 9:36

Une petite musique de film : Americans

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,  avant un petit break bien mérité, Une petite musique de film se penchera sur

Personnage emblématique de la composition cinématographique, John Barry est connu du grand public pour ses indispensables contributions à la saga James Bond ainsi que pour l’inoubliable générique de la série Amicalement Vôtre.

Son enfance dans le Yorkshire est ponctuée par de nombreux passages au cinéma, où le jeune John Barry fait son éducation à l’image. Malgré sa formation classique, le pianiste se penche avec intérêt sur le jazz où il découvre une autre façon de s’exprimer. C’est ce double amour de la musique classique et du jazz qui donnera au compositeur cette patte reconnaissable entre mille, à une époque où le petit monde du cinéma est encore fermé aux musiques dites « populaires ».

En 1975, après quinze années de travail ininterrompu pour le septième art, John Barry s’offre à l’âge de quarante-deux ans une première incursion dans la composition personnelle avec Americans. Il s’y laisse inspirer par les États Unis tel qu’il les perçoit alors, puisant tant dans le jazz que dans les comédies musicales de Broadway. Avec maestria, l’Anglais compose ici de véritables « conversations » entre les instruments, comme autant de déclarations d’amour au jazz et à son pays d’adoption, évoquant tour à tour les grattes-ciel de New York et les grandes avenues de Los Angeles.

mars 25, 2010 at 4:24

Des images qui bougent : …n’a pas tout compris !

mars 22, 2010 at 3:03 2 commentaires

Une petite musique de film : The Boat That Rocked

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film se penchera sur

Écrit et mis en scène par Richard Curtis à qui l’on doit notamment les irrésistibles dialogues de Quatre mariages et un enterrement, The Boat That Rocked – traduit en français par Good Morning England et en américain par Pirate Radio – revient sur la courte durée de vie des radios qui émettaient illégalement au large de la Mer du Nord dans les années 60.

Largement inspiré des belles années de Radio Caroline, dont quelques anciens furent consultés en amont du tournage, le film mèle avec brio musique et politique puisque le film s’intéresse aux tout derniers instants des radios pirates avant leur interdiction en août 1967.

Radio Caroline fut créée en 1964 en réponse à la programmation obsolète des chaînes publiques. En pleine explosion de la pop britannique, ces dernières ne diffusaient guère de musiques populaires, ce qui explique l’immense succès des radios pirates.

Fort d’un casting impeccable et d’un humour décapant, The Boat That Rocked rend hommage aux pionniers des radios libres. Pour sa bande son, Richard Curtis a puisé dans la crème de la crème de la pop sixties, des Kinks au Supremes en passant  par Jimi Hendrix, les Beach Boys, The Who et les slows qui tuent, j’ai nommé A Whiter Shade Of Pale de Procol Harum et Nights in white satin de Moody Blues :

mars 18, 2010 at 3:05 1 commentaire

Des images qui bougent : faire monter l’adrénaline

…avec Justice

…et Metal On Metal

mars 15, 2010 at 3:18

Une petite musique de film : The Edge of Love

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film se penchera sur

« The Edge of Love » de John Maybury se penche sur la vie artistique et sentimentale du poète gallois Dylan Thomas dont le penchant pour l’alcool, les jolies femmes et les jeunes hommes est de notoriété publique. Tièdement accueilli à sa sortie en 2008, cet ennuyeux mélodrame brille pourtant par sa musique signée Angelo Badalamenti.

Adepte depuis longtemps de cordes parfois dégoulinantes, le compositeur renoue ici avec les ambiances de « Blue Velvet » et de « Twin Peaks ». Pour cette bande originale fleurant bon les années 40, l’actrice Keira Knightley remplace Isabella Rosselini et Julee Cruise avec une fraîcheur et un enthousiasme qui font plaisir à entendre. Les instrumentaux jazzy et parfois sombres sont d’une discrétion exemplaire et soulignent ici et là les poèmes de Dylan Thomas.

Pour « The Edge of Love », Badalamenti a eu l’occasion d’écrire deux chansons originales, une opportunité rare en ces temps de compilations sauvages, et de les faire interpréter par différents artistes. Ainsi, Beth Rowley, Madeleine Peyroux et Patrick Wolf partagent l’affiche avec une une Siouxsie Sioux « bigger than life ».

mars 11, 2010 at 2:20

Une petite musique de film : The Omen

Dimanche soir dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film se penchera sur

Grand spécialiste du film fantastique de très haut vol, Jerry Goldsmith est l’un des compositeurs les plus respectés d’Hollywood. Après maintes nominations aux Oscars, il empocha finalement le précieux sésame en 1977 pour la musique de « The Omen » de Richard Donner.

Pour cette inquiétante histoire d’Antéchrist revenu sous les traits d’un petit garçon, le compositeur a montré toute l’étendue de son talent avec une partition quasi-liturgique : outre les nombreux chants d’inspiration grégorienne, il s’est offert  plusieurs fantaisies, et ce malgré un budget des plus modestes. Mais quand on n’a pas les moyens, on essaye d’avoir des idées, et Jerry Goldsmith n’en manquait visiblement pas.

Réussissant le grand écart entre drame familial et film d’horreur par la grâce de son casting, l’intelligence de son scénario et l’élégance de sa mise en scène, « The Omen » reste un monument du cinéma de genre, et sa musique n’y est certes pas pour rien !

mars 4, 2010 at 1:58

Articles précédents


Articles récents