Des images qui bougent : Ostia

avril 12, 2010 at 10:50

…le morceau que j’ai eu en tête tout le week-end suite à une rencontre aussi étrange que tardive dans la nuit de vendredi à samedi :

(in Horse Rotorvator, 1987)

Fondé après que les musiciens Jhonn Balance et Peter Christopherson aient quitté Psychic TV, Coil s’est très vite imposé comme un nom incontournable de la scène indus européenne. Se démarquant de leur collègues par une démarche tant musicale que politique, le groupe a multiplié les collaboration depuis sa création en 1982 (sous le nom de Zos Kia) jusqu’au décès de Jhonn Balance en novembre 2004. On retrouve ainsi sur ses nombreux albums des artistes tels que Boyd Rice, Rose McDowall ou Gavin Friday – les usual suspects de la scène dark britannique…

Il est important de mentionner l’implication de Coil dans des questions de société, telles que l’homosexualité ou le SIDA à une époque où ces sujets étaient encore tabous. Ainsi, Coil fut le premier groupe a reverser les bénéfices des ventes d’un de ses singles (Panic/Tainted Love issu de l’album Scatology en 1984) a une association de soutien aux séropositifs et malades du SIDA.

Les textes de Jhonn Balance (d)énonçaient avec force et néanmoins poésie sur les musiques de Peter Christopherson – musiques qui, dans leur ensemble, ont nettement mieux vieilli que bon nombre de productions indus de l’époque, conférant une certaine intemporalité aux travaux de ce groupe essentiel…

Publicités

Entry filed under: Des images qui bougent.

Une petite musique de film : Away We Go Une petite musique de film : Franklyn


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :