Une petite musique de film : Danny The Dog

octobre 18, 2010 at 9:19 3 commentaires

Hier soir, dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film s’est penchée sur

Précurseur du mouvement trip hop, Massive Attack se forme à Bristol à la fin des années 80. Leur premier album, Blue Lines, fera l’effet d’une bombe en 1991, propulsant le groupe tout en haut des hit parades avec Unfinished Sympathy.

Malgré sa musique cinématographique à souhait, il faudra pourtant attendre 2004 et l’arrivé de Luc Besson, producteur du thriller d’arts martiaux Danny The Dog, pour que Massive Attack compose sa première bande originale de film. Entre temps, trois autres albums auront vu le jour, la musique pour Danny The Dog représentant une petite récréation instrumentale ludique et néanmoins charmante. Composée et produite par Robert Del Naja et l’arrangeur Neil Davidge, cette bande originale évolue dans différents sous-genres des musiques électroniques. On y retrouve bien sûr les ambiances trip hop qui firent la réputation de Massive Attack, mais aussi des passages plus rentre-dedans auxquels le groupe ne nous avait pas habitués,  ainsi que quelques lignes plus classique pour cordes et piano…

Cinéma popcorn dans toute sa splendeur, Danny The Dog aurait pu n’être qu’un film d’action de plus avec Jet Li, et il me semble qu’il n’est pas forcément nécessaire de le voir pour en apprécier la musique à sa juste valeur…

Enfin, vous faites ce que vous voulez : personnellement, je me contenterai de la bande originale !

Publicités

Entry filed under: Une petite musique de film.

Une petite musique de CAP 48 Une petite musique de film : Music Inspired by Sunrise

3 commentaires

  • 1. Jonathan  |  octobre 18, 2010 à 3:30

    Jet Li, Luc Besson, Louis Leterrier (filmographie assez … hormonale) … Ca faisait beaucoup pour que je n’aime pas le film, mais par la magie de cette BO, je me suis pris à apprécier quelques dialogues Bessonien, à trouver un sens du jeu à Jet Li, et à me laisser aller à une vision philosophique sur ce film, entre exploitation, conditionnement culturel et/ou éducatif, sens de l’honneur.

    Bref, j’ai aimé, mais j’ai mis quelques années à l’assumer 🙂

  • 2. Mademoiselle Catherine  |  octobre 18, 2010 à 3:52

    Tu es donc en train de me dire que c’est un film à voir ?

  • 3. Jonathan  |  octobre 18, 2010 à 5:03

    Avec un certain recul, la violence inhérente à l’histoire est en quelque sorte sublimée par la musique.

    Juste pour la part de cette B.O. dans le film, ça vaut le coup.


Articles récents


%d blogueurs aiment cette page :