Archive for janvier, 2011

Une petite musique de film : Crash

Hier soir, dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film s’est penchée sur

Pour sa troisième adaptation de roman après Dead Zone de Stephen King en 1983 et Le Festin Nu de William S. Burroughs en 1991, David Cronenberg se penche en 1996 sur un autre monument de la littérature contemporaine en adaptant le Crash de J.G. Ballard pour lequel il fait appel à son compatriote et compositeur attitré de son compatriote : le Canadien Howard Shore. Ce dernier ravit les oreilles des cinéphiles mélomanes depuis la fin des années 70, et devint incontournable avec sa musique pour Le Silence des Agneaux en 1991, puis absolument indispensable depuis la trilogie du Seigneur des Anneaux dix ans plus tard.

Sa musique inquiétante et sensuelle sied à ravir à ce chassé-croisé perturbant : la recherche par les personnages d’une excitation sexuelle dans des accidents de voiture est soulignée par des guitares électriques dégageant un érotisme à la limite du malsain.

Hypnotique d’un bout à l’autre et extrêmement controversé malgré son Prix du Jury à Cannes en 1996, Crash est le genre de film qui laisse une forte impression à ses spectateurs : poisseuse pour les uns, fascinante pour les autres, cette impression n’est que renforcée par la musique sombre et envoûtante de Howard Shore.

janvier 31, 2011 at 12:07

Une petite musique de film : Crank High Voltage

Hier soir, dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film s’est penchée sur

Connu du grand public pour être le chanteur de Faith No More, Mike Patton n’en est pas moins l’un des musiciens les plus inventifs de sa génération : aussi à l’aise dans le métal que dans le jazz, le chanteur aux talents multiples s’est aussi fait un nom dans les milieux avant-gardistes à travers ses travaux avec le groupe Fantômas ou ses collaborations avec le saxophoniste John Zorn.

Après avoir composé en 2008 une musique pour le court-métrage A Perfect Place, Mike Patton sort l’année suivante sa bande originale pour Crank : High Voltage, suite ultra-musclée du thriller d’action autour du tueur à gages Chev Chelios.

Mike Patton avait déjà montré l’intérêt qu’il porte au 7e art avec le groupe Fantômas : en 2001, leur album The Director’s Cut comprenait quinze reprises de musiques de films, de La Nuit du chasseur à Twin Peaks. La composition d’une bande originale semblait donc lui pendre au nez depuis longtemps. Pour celle-ci, il s’en est visiblement donné à cœur joie, laissant bien plus parler son côté malicieux que son côté « intello » et renoue ici avec sa sensibilité métal tout en insufflant à ses compositions un aspect éminemment ludique. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant si Patton lui-même parle des instruments utilisés pour la composition de Crank : High Voltage en les qualifiant de jouets. Le résultat, pourtant, n’est pas pour les enfants !

janvier 24, 2011 at 11:53

Une petite musique de film : In my Sleep

Hier soir, dans l’émission Première Séance,

Une petite musique de film s’est penchée sur

In my Sleep – dont la traduction française n’est pas « dans mon slip » – est un thriller américain d’Allen Wolf. Pour son premier film, le réalisateur aborde le thème inépuisable du sommeil, et plus précisément du somnambulisme. Se revendiquant du film noir façon Hitchcock, Allen Wolf a fait appel à Conrad Pope pour sa musique. Une bande son sexy et langoureuse comme l’étaient celles de Bernard Herrmann pour le maître du suspense.

Entre piano solo et orchestrations opulentes, Conrad Pope fait preuve d’une grande décontraction pour installer des ambiances fines et raffinées dans la plus pure tradition de l’âge d’or hollywoodien. Arrangeur et chef d’orchestre à Hollywood depuis le début des années 90, il a finalement peu composé pour le cinéma, appréciant sans aucun doute sa place d’homme de l’ombre. Pourtant, à l’écoute de In my Sleep, on en vient à regretter sa discrétion, car, de l’élégance à la modestie, il semble avoir tout d’un grand.

janvier 17, 2011 at 9:50

Une petite musique de film : Millenium

Pour la première Première Séance de l’année, Une petite musique de film s’est penchée hier soir sur

À moins d’avoir passé ces cinq dernières années dans un endroit totalement isolé du monde, vous n’avez pas pu passer à côté de la trilogie Millenium du Suédois Stieg Larsson. Portés à l’écran par Niels Arden Oplev et Daniel Alfredson, les livres publiés à titre posthume se sont hissés sans peine en tête des listes des best-sellers mondiaux.

Si je n’ai ni lu, ni vu cette trilogie, ceci ne m’a pas empêché de me pencher avec curiosité sur la musique des films composée par le Danois Jacob Groth qui officie pour les petits et les grands écrans danois et suédois depuis la fin des années 70. Résolument moderne, le compositeur n’en garde pas moins un pied dans la tradition orchestrale, le contraste entre éléments électroniques et instrumentation classique soulignant habilement celui entre les personnages de Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist.

janvier 10, 2011 at 10:21 2 commentaires


Articles récents